French

Un équilibre naturel


“Si nous ne savons pas comment respecter la Terre Mère, nous ne saurons pas comment nous respecter nous-mêmes.”

Shri Mataji voyait la nature comme une Terre maternelle qui fournit et soutient la vie, une entité vivante qu'il faut respecter et même vénérer. Un jour, elle a expliqué comment on lui avait appris - ainsi qu’à ses frères et sœurs comme à tous les enfants indiens - à demander pardon à la Terre Mère chaque matin "de la toucher de ses pieds.


Shri Mataji a traversé le monde entier pendant une quarantaine d'années pour éveiller notre potentiel intérieur et aider les êtres humains à atteindre un état d'esprit plus pacifique et moins égocentrique. Les gens qui sont venus à ses conférences et à ses sessions de méditation étaient en quête de spiritualité. Elle leur a clairement explicité que la spiritualité ne pouvait pas se développer sans une compréhension totale de notre relation avec la nature.” 
  Flowers growing in nature


Il y a 40 ans, Shri Mataji dénonçait déjà des problèmes qui maintenant sont devenus critiques comme la surproduction de plastiques, les dangers du nucléaire, la surexploitation de l'agriculture, la pollution due aux moyens de transport, la contamination de nos océans, lacs et rivières…
 

Chutes de Wentworth par Meredith CooperDès les années 80, Shri Mataji a critiqué l'usage excessif des plastiques et leur désastreuse propagation dans la nature, sans nier leur utilité dans certaines circonstances. "Ceux qui gèrent la création et la fabrication des plastiques se développent très bien et se construisent une image de multimillionnaires" a-t-elle expliqué. "Pendant ce temps, cette consommation insouciante est en train de créer des montagnes et des montagnes de plastique, et en telle quantité que l'on ne sait pas comment ils vont résoudre le problème de leur destruction. Ces montagnes de fabrication humaine sont non seulement hideuses, mais peuvent polluer jusqu’à l’atmosphère même, du fait de leur simple existence. Cette surproduction de plastiques et de fibres artificielles n'est en fait que le       sous-produit d'une consommation compulsive nourrie par les effets de mode. ” 


Shri Mataji a également demandé d'être vigilant dans le domaine de l'énergie nucléaire et, après la tragédie de Tchernobyl, a ajouté: "Tchernobyl a été un énorme problème… et la leçon, pour nous, c’est qu’il ne faut pas trop s’occuper d’énergie atomique." Selon elle, la fission nucléaire est une agression contre l'intégralité naturelle du noyau ce qui explique, à un niveau subtil, la qualité destructive des sous-produits de l'énergie qui en résulte.

Elle nous a prévenu des méfaits du gaspillage résultant d'une consommation moderne débridée, et nous a encouragés à réduire notre impact économique dans la vie quotidienne. "Chacun devrait être conscient de sa consommation personnelle énergétique en matière d'électricité, de téléphonie, d'eau et du reste. Nous devons être économes à ce sujet... Il faut l’appliquer au quotidien et considérer qu’essayer de sauver l'énergie de cette Mère Terre fait partie de votre vie, c'est très important.”

A plusieurs occasions, Shri Mataji a fait remarquer le nombre important de voitures à un seul occupant qui allaient dans la même direction. Elle a suggéré le covoiturage comme mesure de réduction de la pollution et comme moyen de nous responsabiliser face à l’environnement et la collectivité. Elle a souvent recommandé de marcher; ceci non seulement pour la santé, mais aussi pour prendre le temps de découvrir les subtilités de la nature dans un monde bien trop pressé. 

Nous devons changer l'équilibre entre les objets faits à la machine et ceux faits main, et adopter plus de choses naturelles.
Discours sur 'La Situation Internationale', Septembre 1989

Au-delà de ses mots, l'exemple personnel de Shri Mataji a probablement constitué l'influence la plus forte. Partout où elle s’est rendue, elle a soutenu l’artisanat local en rencontrant les artisans et en achetant leurs produits. Elle s'intéressait aux moindres détails de l’artisanat, le matériel utilisé, leur origine, les conditions de travail et le niveau de vie des artisans et de leur famille.
 

Elle a souvent souligné la valeur écologique et économique de ces objets faits main. En les achetant, les consommateurs cassent la chaîne de notre asservissement aux grands lobbies industriels, à la mode et à la culture des objets jetables. Les objets faits main réduisent la consommation excessive et créent des emplois.

Les objets faits main demandent plus de temps et de travail, et donc coûtent en général plus cher que ceux de la grande industrie. Cependant, cela signifie que les consommateurs vont leur accorder plus d'importance qu’à des objets jetables. Shri Mataji reconnaît l'utilité de la production industrielle et des machines, mais a aussi insisté sur la nécessité de contrebalancer la production industrielle de masse par l'artisanat: "Les machines devraient être utilisées pour tout ce qui est relatif au bien public comme vos voitures, vos trains, vos tramways, tout le bien public qui a un usage extérieur.  Vous pouvez utiliser des machines tout au plus pour construire vos maisons. Mais en ce qui concerne vos affaires personnelles, vous devriez utiliser des objets faits main. Les gens spirituels apprécient de porter quelque chose qui est fait main et qui est naturel.”

Pour Shri Mataji, l’équilibre du monde commence avec des gens qui sont eux-mêmes équilibrés. C'est seulement lorsque cet équilibre intérieur est établi que les êtres humains peuvent entretenir une relation harmonieuse et respectueuse avec l'environnement et la Terre Mère qui nous soutient et nous nourrit tous.
 

La terre produit suffisamment pour satisfaire les besoins de chacun, mais pas Sa cupidité.
mahatma gandhi





 

Top