French

Un centre de conférences pour le monde


"En nous existe ce lieu où l'espace et le temps cessent de commander et où les liens de l'évolution fusionnent." Rabindranath Tagore

Caxton Hall, LondonDans la cité de Westminster, au centre de Londres, se trouve un centre de conférences qui possède une histoire. La plupart du temps, au cours de ses 128 ans d'existence, les salles et le grand hall restent paisibles, c'est-à-dire paisibles durant la journée...

Caxton Hall a toujours été un lieu d'échange d’idées, de transformations, de défis dans des directions audacieuses. Durant un certain temps, cela a été un édifice gouvernemental, une mairie, il y a eu tout aussi bien des cérémonies civiles et des mariages de célébrités, que des rassemblements politiques. Bref, c'est un instrument crucial et pratique pour la communication au niveau mondial, rebaptisé en l’honneur de William Caxton, l'inventeur de la presse écrite.

Des idées dangereuses ont circulé ici, des causes et des contestations de tous bords. C'est d'une certaine manière le battement du cœur d'une grande nation, quelque part entre le théâtre politique du Parlement et  le cirque tournant excentrique de Hyde Park corner.

C'est à Caxton Hall que beaucoup de grandes idées et de mouvements du XXe siècle sont entrés dans l'arène. Les voix des femmes qui votent, la sincérité du socialisme et la première conférence panafricaine sur les conséquences de l'esclavage ont résonné entre ses murs, ébranlant ses fenêtres victoriennes. Les  messages se sont ensuite diffusés dans les rues à la fois avec ferveur et violence.

Même Rabindranath Tagore, le grand poète bengali, prix Nobel de littérature, s’est exprimé à Caxton Hall. Ses conférences en soirée étaient très fréquentées, et durant l'été 1913, elles se sont portées sur  "la Relation entre l'Individu et l'Univers", "la Conscience de l'Ame", "la Réalisation de l'Amour" et "la question du Soi".  Ces discours préparaient les conférences de Shri Mataji Nirmala Devi dans ce même Hall, 70 ans plus tard. Rabindranath Tagore a parlé de ces thématiques et Shri Mataji les a approfondies.

Entre 1977 et 1983, Shri Mataji a prononcé une centaine de discours à Caxton Hall. Cela a marqué un changement indubitable dans son message qui est entré dans le domaine public. Ses paroles étaient à la disposition  de tous, l'invitation était envoyée, l'entrée libre.

Elle s'exprimait suivant la même tradition que Tagore. Sa préoccupation était aussi réelle qu'immédiate. Son message était le même : il venait de l'Orient et allait en direction de l'Occident, le partage d'une connaissance très ancienne. 
  Rabindranath Tagore c1915
 
Mais il  y a  une différence entre les deux conférenciers. Dans le cas de Shri Mataji Nirmala Devi, la conférence s’est toujours terminée par un bonus: à la fin de la soirée, elle a offert l'expérience de la Réalisation du Soi. Dans la tranquillité de la méditation profonde, l'audience a l'opportunité de ressentir sa propre profondeur. Tous deux ont parlé de la nécessité de tourner notre attention vers l'intérieur. Mais l'expérience de la Réalisation du Brahma de Tagore est devenue l'expérience de la Réalisation du véritable Soi de Shri Mataji.  
La Réalisation du Brahma dont parlait Tagore est devenue l'expérience VÉRITABLE de la Réalisation du Soi de Shri Mataji.

Cette idée de donner à sa vie une dimension spirituelle était révolutionnaire pour Londres, tout comme l'avaient été les idées de suffrage universel et d'identité africaine qui l’avaient précédées. Ce n'est pas seulement une distraction, c'est une valeur à conserver. Quand une audience choisit d'écouter - autrement que pendant un zapping pour éviter la publicité - les gens peuvent changer. Ainsi ces idées nouvelles propagées à Caxton Hall ont conduit la société à prendre une nouvelle direction. Ce changement a été profond pour beaucoup de gens et leur vision du monde a fondamentalement changée.

Pendant 6 ans, Shri Mataji Nirmala Devi a parlé à des foules diverses en ce lieu historique. Elle a parlé de la vie, de l'actualité, des valeurs, de la moralité et de l'amour. Mais le sens profond de ses paroles a toujours été tourné vers l'esprit. Elle a posé d'importantes questions: "Pourquoi sommes-nous ici? Quel est le but de notre vie? Pourquoi Dieu nous a-t-il créés?" Et la conclusion de chaque soirée, c'était vivre une expérience qui répondait naturellement à ces interrogations. Après avoir écouté et posé des questions, le public était invité à se connecter à son esprit, à s'identifier avec son véritable Soi.


Cette série de programmes a vraiment constitué le début du ministère public de Shri Mataji. C'était un premier pas sur une scène où tout le monde était invité à venir l'écouter, sans rien débourser, car ce qui était le plus précieux était offert gratuitement.
 
Dans ce monde de tentations et de distractions, dans ce marché des idées et des doctrines, dans ce théâtre cynique et corrompu des extrêmes, comment était-elle supposée y arriver ? L’argent ne pourrait entrer dans le royaume de la vérité.
 
Shri Mataji in Bath England, 1977Dans une société moderne, les chemins de la vie publique sont très balisés. Mais une belle popularité auprès du public, ou un premier rôle dans une série populaire du dimanche ne garantissent pas l'écoute du public, seul le cœur ouvre la porte.

Un livre de mémoires, un talk show au petit déjeuner, une chanson au hit parade, sont transitoires et vite oubliés. Convaincre pleinement est un travail de longue haleine. Et le public est inconstant.

Louer une salle dans un endroit adéquat avec une entrée gratuite, répondre aux questions et écouter les préoccupations du public, se mélanger à ceux qui se demandent pourquoi et le comment atteindre la paix intérieure, sont des actions parmi les plus altruistes. Shri Mataji Nirmala Devi s'est rendue disponible, a donné de son temps, sans compter. Elle n’a été motivée que par l'amour.
 

Comme l'a dit Shri Mataji en 1980: "Il y a une quête et beaucoup de commerces ont émergés, mais ce n'est pas un commerce, c'est un temple. Un temple sur ce marché n'a que très peu de valeur. S’il vous fallait escalader sept montagnes pour accéder à ce temple, vous lui donneriez plus de valeur, mais seuls quelques-uns y arriveraient vivants. Alors, le temple se devait de venir à Londres, à Caxton Hall, pour s'adresser aux gens."
 

C'était un mouvement de base, l'invitation était personnelle et les implications universelles. Son don concernait chacun. Il est souvent arrivé que Shri Mataji, en plein discours, s'adresse à une personne qui venait d’arriver en retard, au fond de la salle, pour lui indiquer où se trouvait un siège libre. Son attention étreignait tout le monde.

Comme Rabindranath Tagore l'a dit le 17 juin 1913, en ce lieu spécial qu’est Caxton Hall: "Le rôle élevé de l'amour est de percevoir toutes les limites et de les transcender."

Il savait ce qu’était l'amour et pouvait le décrire.

C'est aussi ce qu'a fait Shri Mataji. Et sa compréhension a été accompagnée par son action.
Top